Brèves

Nouvelle économie, vieille exploitation

Brève
17/02/2018

Une grève d'une vingtaine de salariés chez Eugen Systems, une société de création de jeu vidéo à Paris, lève le voile sur les conditions de travail dans ce secteur : heures supplémentaires non-payées, semaines pouvant aller jusqu'à 70 heures de travail, retard des payes, pressions en tous genres…

La prétendue « nouvelle économie », avec ses start-up et ses technologies modernes, est fondée sur la même exploitation, la même précarité, les mêmes abus que dans le reste du capitalisme. Et pour les travailleurs, la seule façon de combattre, cela reste la grève.

Baisse du chômage : l'autosatisfaction... et la réalité

Brève
16/02/2018

« Baisse historique », « plus forte de baisse depuis le début de cette série statistique, en 1975 », « on retrouve des niveaux d'avant la crise de 2008 »... Les commentateurs se réjouissent et le gouvernement se pâme de plaisir. Pensez-vous : il n'y a plus que 2,5 millions de chômeurs officiels !

Peu importe pour eux que les emplois « retrouvés » soient précaires, payés au lance-pierres ou pénibles. Les travailleurs, eux, savent ce que cachent ces chiffres, en supposant qu’ils correspondent à la situation réelle : des fins de mois de plus en plus difficiles, la nécessité, pour nombre de salariés d’occuper plusieurs emplois pour arriver en s'en sortir, la précarité généralisée…

États-Unis : nouvelle fusillade dans un lycée

Brève
16/02/2018

Mercredi 15 février, 17 personnes ont été tuées dans un lycée de Floride par un jeune de 19 ans, ancien élève de l'établissement. Il s'agit de la 18ème fusillade depuis le début de l'année en milieu scolaire, soit une toutes les 60 heures, dénonce une association de mères qui milite pour un contrôle strict des armes à feu.

On peut comprendre le sentiment de tous ceux qui, aux États-Unis, sont choqués par la banalisation des armes à feu dans leur pays. Mais la modification de la réglementation actuelle suffirait-elle à arrêter ces massacres ? Peut-être pourrait-elle en limiter l’ampleur et la fréquence. Ce qui est certain en tout cas, c’est que cette question n’a pas effleuré l’esprit de Trump qui n’en a pas du tout parlé dans son discours. Outre ses positions réactionnaires sur cette question comme sur toutes les autres, comme ses prédécesseurs, il se préoccupe de la sécurité des profits du tout-puissant lobby des armes à feu dans son pays.

Nouvelles attaques annoncées contre les cheminots

Brève
15/02/2018

L’ancien PDG d’Air France Jean-Cyril Spinetta a remis au Premier ministre un rapport sur la SNCF. Il n’a fait que mettre noir sur blanc ce que le gouvernement attendait de lui et préconise une quarantaine de mesures qui vont toutes dans le même sens : transformation en société anonyme, ouverture à la concurrence, fermeture de lignes, fin du statut de cheminot…

Si la direction de la SNCF n’a pas attendu ce rapport pour s’attaquer aux cheminots, à leurs droits, à leurs salaires et à leurs conditions de travail, il est clair que de nouvelles attaques se préparent. Pour s‘y opposer, les cheminots ne pourront compter que sur leur mobilisation.

Réforme du bac : inégalité au programme

Brève
15/02/2018

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, a présenté sa réforme du bac destinée, dit-il, à en simplifier l’obtention. La principale mesure serait l’instauration d’un examen commun aux différentes filières, avec une partie de contrôle continue en cours d'année.

Mais derrière ces changements, il y a surtout la volonté de faire des économies budgétaires. En effet, la suppression des filières et la mise en place d'un tronc commun permettra de « bourrer » les classes au maximum dans les matières obligatoires.

Une réforme pour « l’égalité et la réussite de tous », comme le prétend le ministre ? Certainement pas ! Les inégalités entre lycées riches et pauvres vont s’accentuer.

Grève chez Coca Cola

Brève
14/02/2018

Plusieurs usines du groupe Coca Cola European Partners (CCEP), qui mettent en bouteille la célèbre boisson du géant américain, sont bloquées par des grèves. Les travailleurs protestent contre un plan de suppressions de 128 postes et ont paralysé les sites de Grigny, Clamart, Marseille, ainsi qu'une partie du site de Toulouse et le siège d'Issy-les-Moulineaux. La réorganisation provoquée par ses suppressions de postes entraînerait une augmentation des cadences « à la limite du supportable », selon l’avocat des grévistes

CCEP emploie pas moins de 24 500 travailleurs dans toute l'Europe, et fait l'embouteillage de 90% des bouteilles de Coca Cola consommées en France. Il aurait  largement de quoi maintenir tous les postes.

Non aux licenciements !

Brève
14/02/2018

Le groupe SoLocal (PagesJaunes, Mappy) a annoncé 1 000 suppressions de postes sur 4 500 salariés. Le groupe Kingfisher, qui possède Castorama et BricoDépôt, a annoncé 409 suppressions de postes. Des suppressions d’emplois qui s’ajoutent aux 2 400 annoncées à Carrefour, aux 1 300 de PSA, aux 400 de Nestlé.

Les grandes entreprises continuent donc à licencier à tout va, malgré les fanfaronnades sur la reprise économique !

Système de santé : l'enfumage continue

Brève
14/02/2018

Agnès Buzin, la ministre de la Santé, a annoncé une « réforme globale » du système de santé qui sera discuté de mars à juin prochain. Elle est restée délibérément floue sur les mesures envisagées dans l'offre de soins. Seule annonce précise : le gouvernement n’a pas l’intention de dépenser un seul euro pour embaucher du personnel. Pourtant, si le système de santé est en train de mourir, c'est bien du manque de personnel !

Les travailleurs de santé et les patients sont prévenus, il n'y a rien attendre du gouvernement, à part des reculs et des attaques supplémentaires.

Les magistrats en grève contre l’inhumanité

Brève
14/02/2018

Les magistrats de la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA) sont en grève pour protester contre la nouvelle loi sur l’immigration du gouvernement. Celle-ci réduit de 120 à 90 jours le délai pendant lequel les migrants peuvent demander le statut de réfugié une fois sur le sol français et d’un mois à 15 jours celui qui leur est accordé pour faire appel s’ils sont déboutés de leur demande.

Ces mesures rendront la vie des réfugiés encore plus difficile et leur situation encore plus précaire, voire tragique, car le risque qu’ils soient expulsés sera considérablement accru. Pourtant un autre choix serait possible. En effet les possibilités existent pour les accueillir en France mais ce gouvernement fait le choix de la surenchère répressive.

Imprimer txt