Brèves

Prendre sur les aides aux chômeurs... pour aider les patrons

Brève
21/05/2018

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a déclaré dimanche son intention de diminuer les aides aux chômeurs, sous prétexte que le chômage serait en baisse.

À supposer que cela soit vrai, quelques dizaines de milliers de chômeurs en moins sur un trimestre pour un total de cinq millions, cela ne change encore rien au chômage, et rien ne dit que la tendance ne va pas s'inverser dans les prochains mois.

S'il faut de l'argent pour combler le déficit de l'État, il n'y a qu'à supprimer toutes les aides au patronat, à commencer par le CICE.

Hypocrite

Brève
21/05/2018

Il n'y aura pas d'augmentation d'impôts, avait assuré Macron. Mais, de son côté, le ministère des Finances vient de moduler cette promesse : ce sera alors à chaque département de décider ou non d'une hausse de sa fiscalité.

Et comme les collectivités locales ont vu leurs crédits diminuer, qui en fin de compte paiera les dépenses, sinon les contribuables ?

Trois petits tours et puis s’en vont

Brève
21/05/2018

Après les voyages diplomatiques de Macron dans des pays lointains, voilà une série de ministres qui se déplacent dans les banlieues pour y porter la bonne parole.

Des discours, c'est en effet tout ce que peuvent espérer les habitants des banlieues défavorisées car, comme l'a dit un député LREM, exposant la pensée du président, « le piège serait de nous enfermer dans une logique de sous ».

Les communes et habitants de banlieue savent à quoi s'attendre : comme avec les précédents gouvernements, ils n'auront que quelques miettes destinées à faire face à tous leurs problèmes.

Menteur comme un ministre

Brève
21/05/2018

À la veille de la journée d'action des travailleurs de la Fonction publique, le secrétaire d'État concerné a affirmé : « Nous ne toucherons pas au statut des fonctionnaires ».

Il y a donc toutes les raisons de se préparer à une attaque en règle. Le gouvernement qui a prévu de supprimer 120 000 emplois de fonctionnaires ne compte évidemment pas en rester là. L'exemple des cheminots le montre amplement. De plus, le secrétaire d'État Dussopt ment encore plus effrontément que ses collègues : il avait réussi la rare performance de voter contre le budget proposé par le gouvernement avant d'accepter un poste de sous-ministre pour le défendre.

Carrefour, milliardaire licencieur

Brève
21/05/2018

Le groupe Carrefour, une des premières multinationales de la distribution, veut pouvoir servir plus de dividendes à ses actionnaires. En vertu de quoi, le PDG a prévu de vendre des centaines de magasins pour améliorer la rentabilité financière de l'ensemble.

Il apparaît aujourd'hui que, nombre de ces magasins ne trouvant pas preneur, 2 100 emplois seraient supprimés. Les travailleurs seront-ils repris dans d'autres magasins Carrefour ? À quelles conditions ? À quelle distance de leur domicile ? Ou seront-ils simplement jetés à la rue ?

Les profits accumulés depuis des années et cette année encore et, au besoin, les fortunes personnelles des actionnaires doivent servir à garantir tous les emplois.

Vol de jour

Brève
21/05/2018

La ministre de la Santé a profité du lundi de Pentecôte, volé depuis 2004, pour annoncer qu'un deuxième jour de travail gratuit allait être instauré. Elle affirme, bien entendu, qu'il s'agit de solidarité avec les anciens. Pour ces gens-là la solidarité ne concerne que les travailleurs, eux seuls doivent offrir une journée gratuite supplémentaire pour abonder les caisses de retraite. Les patrons, les milliardaires, les banquiers, eux, ne sont pas tenus d'être solidaires de qui que ce soit.

En fait, le déficit des caisses de retraite et la prétendue difficulté à financer la dépendance des anciens sont des mensonges intéressés et des artifices comptables. Ils masquent le vol quotidien opéré par les capitalistes à l'encontre des travailleurs. Les suppressions d'emplois, le blocage des salaires, le pillage des caisses par l'État sous divers prétextes expliquent ce déficit. C'est aux capitalistes de le combler et certainement pas aux travailleurs !

Rachat d'actions : le capitalisme s'autodévore

Brève
17/05/2018

Le 1er mai, Apple a annoncé un plan de rachat de ses propres actions pour 100 milliards de dollars. Si la somme est colossale, Apple ne fait pas dans l'originalité. Tous les grands groupes capitalistes se sont mis à racheter leurs propres actions pour les détruire et augmenter ainsi la valeur des actions qui restent en circulation. C'est un cadeau royal à ses actionnaires.

Aux États-Unis, le montant total des rachats d'actions devrait s'élever à 800 milliards de dollars en 2018 contre 520 milliards en 2017. Certaines sociétés empruntent auprès des banques pour racheter une partie de leurs actions. Et après cela on dira que les capitalistes ne vivent pas en parasites sur le dos des travailleurs et de la société ?

Travailler plus pour diminuer les effectifs ? Non merci !

Brève
17/05/2018

La direction de PSA veut imposer aux salariés de l'usine de Vesoul de travailler non plus 35 heures, mais 37 heures et 45 minutes par semaine. Cela représenterait une hausse de près de 8 % du temps de travail, contre moins de 3% d'augmentation de salaire.

Derrière cette attaque, il y a l'objectif pour PSA de supprimer 150 emplois en CDI par an dans les trois prochaines années, sur un site où travaillent actuellement 3 000 salariés. Peugeot, qui donne le ton parmi le patronat de ce pays, ne perd pas de temps pour tenter d'appliquer les dispositions rendues possible par la loi Travail.

Il n'est pas question d'accepter que des centaines d'emplois soient liquidés et que les salariés qui restent se tuent au travail, d'autant moins dans cette période de chômage record.

Après les cheminots, à qui le tour?

Brève
17/05/2018

Le gouvernement a commandé un rapport sur la réforme de l'État à un certain Comité d'action publique 2022. Ce panel d'« experts » rassemble des personnalités comme le président du conseil d'administration de Safran ou la secrétaire générale de Natixis... des gens habitués à presser le citron des travailleurs. Ce rapport préconise, entre autres, de généraliser le recours aux contractuels dans la Fonction publique.

L'objectif de Macron est d'augmenter la précarité des salariés. Une raison de plus, s'il en fallait, de rejoindre la grève des cheminots... à commencer par le 22 mai où tous les syndicats de la fonction publique appellent à faire grève et à manifester.

Imprimer txt txt