Chatenois-les-forges (Territoire de Belfort)

Hendrickson : La grève, seul ressort efficace pour les salaires !

Brève
05/02/2023

Quand les NAO ont débuté fin janvier, les travailleurs de Chatenois les Forges, au nombre de 150 dont 40 intérimaires, étaient décidés à ne pas accepter les propositions avancées par leur Direction, même si c’était un peu plus que les broutilles accordées les années passées.

Ils produisent des lames de ressorts et pièces de suspension pour camions ; Volvo est le principal donneur d’ordre. Ras l’bol des salaires ramenés au plancher et des pressions toujours plus dures, pour sortir la production sur des machines vieillissantes. « L’entreprise réalise des chiffres records, mais il n’y a aucun partage », « Un mépris total », « On donne tout, avec rien en retour ».

La grève, démarrée le 30 janvier, est repartie le lendemain de celle appelée contre la réforme des retraites, mercredi matin 1er février, très suivie, mettant l’usine à l’arrêt. Les ouvriers étaient déterminés à faire reculer la Direction.

Celle-ci l’a bien senti, le directeur disant : « On a empilé un certain nombre de crises, la tension sociale est globalement forte ».

Il a alors été obtenu 150 euros d’augmentation pour tous (au lieu des 70 proposés initialement) et 2000 euros de prime entre l’intéressement et le « partage de la valeur », (au lieu de 1000), avec la fierté en plus d’avoir su relever la tête collectivement !

 

 

 

 

 

Réagir

Stellantis Sochaux

Ce sont les exploiteurs qui fabriquent le chômage de masse

Brève
03/02/2023

Actuellement, environ 750 ouvriers, dont une majorité de travailleurs intérimaires travaillent dans l'équipe de nuit que la direction de PSA à Sochaux va supprimer en avril prochain. Cette équipe qui produit des 3008 et 5008 était en place depuis six ans.

Une attaque contre l'emploi

Aujourd’hui, les cadences de production sont au maxi, l’arrêt de l’équipe de nuit fera, peut-être, baisser la production de 400 voitures par jour, mais licencier des centaines d’ouvriers intérimaires, de l’équipe de nuit et en 2X8, ne réduira en rien le travail de ceux qui resteront en fabrication.

Les 21 milliards d’euros de profits en 18 mois du groupe Stellantis (fusion PSA FIAT-CHRYSLER) ont été pris sur le travail de tous les travailleurs du groupe, intérimaires inclus, mais la direction de PSA se moque complètement du devenir des travailleurs intérimaires de Sochaux, et des autres usines, qu’elle rejette à pôle emploi.

À la rapacité du grand patronat, dont le groupe Stellantis fait partie, le monde du travail doit opposer l'interdiction des licenciements, la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire, et surtout le contrôle des comptes des entreprises et de leurs propriétaires par les travailleurs eux-mêmes.

Bourgogne-Franche-Comté

Le chômage baisse, mais ce sont surtout les radiations qui augmentent

Brève
26/01/2023

Officiellement, le nombre de chômeurs baisse en Bourgogne-Franche-Comté. Mais pour quelles raisons les chômeurs sont sortis des listes de Pôle emploi.

Certains ont effectivement retrouvé un emploi. Mais leur part est faible : 14% des sorties des listes sont liées à une reprise d'emploi.

Mais un chiffre retient l'attention : celui des sorties pour cause de "radiation administrative". Elles augmentent de 6% sur un trimestre et de 4,3% sur un an. “Les demandeurs d'emploi qui ne démontreront pas une recherche active verront leurs allocations suspendues”, avait prévenu Emmanuel Macron.

La mission avait été confiée à Pôle emploi d'intensifier les contrôles. Un chômeur peut donc voir ses allocations suspendues en cas d'incapacité à justifier des recherches d'emploi, en cas de refus à 2 reprises d'une offre "raisonnable" d'emploi ou encore une absence à un rendez-vous fixé par Pôle emploi sans motif légitime. Des sorties de liste qui ne signifient pas sortie du chômage.

Mais pour les travailleurs au chômage, pas de clémence : à partir du 1er février 2023, ce sera une baisse de 25 % de la durée d'indemnisation pour tous !

PSA Vesoul

Propagande patronale

Brève
17/01/2023

l’Est républicain du lundi 16 janvier publie un article à la gloire du site Stellantis Vesoul, spécialiste des pièces détachées. Le journal reprend les explications de la direction « notre engagement ferme et de pouvoir livrer les pièces en moins de 24 heures »

Outre qu’entre pouvoir et réalité le fossé est encore grand, il poursuit « et pour cela il nous faut de la place pour stocker les pièces ». La recherche de place est telle que des conteneurs sont stockés n’importe où, sur des parking, des zébras, des places de handicapés..

A tel point que la semaine dernière une pile de conteneurs est tombée à l’extérieur de l’usine sur le trottoir et la route, heureusement que personne ne passait à ce moment là.

Plus qu’un magasin ultra moderne le site Stelantis de Vesoul est l’usine de tous les dangers.

Fichier attachéTaille
Fichier 20230117Image_PSA_Vesoul1.docx555.85 Ko

Lons le Saunier (jura)

Manifestation de la population : la santé n’est pas une marchandise

Brève
16/01/2023

rassemblement à Lons le Saulnier

Samedi 14 janvier, plus de 900 personnes venues de tout le département du Jura, ont défilé à Lons le Saunier, pour demander la réouverture des services fermés, dans les hôpitaux de Champagnole, Saint Claude et Lons le Saunier.

En effet, la situation dans les établissements de santé jurassiens est critique. Après la fermeture de la 2ème ligne de smur (structure mobile d’urgence et de réanimation) à Lons le Saunier, c’est maintenant le tour de l’hôpital de Champagnole où la ligne de smur et les consultations non programmées ont fermé depuis novembre dernier.

Cette fermeture devait être provisoire et a été justifiée par le manque de médecins ce qui est un faux argument, témoigne un ancien médecin urgentiste puisque « le planning des médecins était complet ». Ce médecin dit « avoir été viré pour incompétence et les intérimaires ont été remerciés ».

La présidente du comité dolois affirme à juste titre : « il ne faudrait pas être vieux, enceinte, avoir le pied qui glisse dans une tondeuse, être pauvre, être malade.. » Cela illustre la politique de tous les gouvernements qui se sont succédé, qui sous prétexte de rentabilité ont fermé progressivement des services d’urgence dans les petits hôpitaux de plusieurs villes de provinces, laissant la population dans le plus grand désarroi.

Faire des économies sur le secteur de la santé, alors que des milliards sont distribués à fond perdu aux grands groupes industriels et à leurs actionnaires, c’est une politique criminelle.