Peugeot Japy

Redressement judiciaire, rachat, cession : le train-train pour les capitalistes, toujours des menaces pour les travailleurs

Brève
12/02/2018

L’entreprise Peugeot Japy, implantée depuis 1830 à Valentigney et convertie à la fin des années 1950 en fournisseur pour l’industrie automobile, a contribué à la fortune des deux vieilles familles capitalistes de la région.

La recette ? Des générations d’ouvriers exploitées, et un pompage de l’argent public, comme en 2009 où elles ont obtenu de la Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard qu’elle rachète, contre la modique somme de 1,2 millions d’euros, une partie du site pour la leur « louer ».

Aujourd’hui, le groupe Farinia est sur les rangs pour racheter l’entreprise, une offre jugée « sérieuse et solide » par Maike Automotive auquel appartient Peugeot Japy. Elle consiste en une promesse de maintien des 500 emplois, à condition que les travailleurs acceptent de perdre leurs congés payés, leurs RTT et leur ancienneté ! Rien que de normal pour les capitalistes, mais les travailleurs n’ont pas dit leur dernier mot.