SNCF Orléans-Les Aubrais (Loiret) :  En grève contre les suppressions de postes

Echo d'entreprise
15/06/2022

Ce mardi 14 juin, les cheminots des gares d’Orléans-Les Aubrais en colère étaient en grève quasi-unanime contre la suppression de leurs postes et la dégradation de leurs conditions de travail.

Le projet de la direction SNCF est de supprimer début 2023 une quinzaine de postes en gare (agents de manœuvre, agents d'accueil). La grève avait été préparée collectivement par un comité de lutte de cheminots de différentes fonctions qui a entraîné tous leurs collègues. Il y avait aussi la majeure partie des guichetiers qui, eux, ont déjà subi suppressions de postes et dégradation considérable de leurs conditions de travail récemment.

Dès le matin à 9h30, une trentaine de cheminots ont imposé au directeur d’établissement, surpris par l’ampleur de la grève, de venir s’expliquer sur la destruction des postes et l’aggravation des conditions de travail que cela suppose : il a concédé à cette réunion un aménagement des horaires de travail et des renforts à l’accueil les vendredis et dimanches. Mais ce que lui ont répondu les grévistes, c’est que ce n’est pas de renforts incertains dont ils ont besoin mais de garder l’effectif actuel, déjà insuffisant !

À l’Assemblée Générale de midi, plus d’une quarantaine de cheminots contents de se voir aussi nombreux ont voté pour continuer le mouvement, jugeant plus qu’insuffisants les petits reculs de la direction. Des discussions ont eu lieu sur le fait d'élargir le mouvement, de s’adresser à leurs collègues des gares de la région, eux aussi concernés par des suppressions de postes, mais aussi aux contrôleurs et conducteurs, qui seront impactés par ces suppressions en gare. Ils ont voté pour une nouvelle journée de grève et réélu le comité de lutte pour préparer les prochaines actions. La journée de mobilisation s’est terminée par un barbecue pris en commun, loin des misères quotidiennes subies au boulot, de quoi regonfler le moral un peu plus !