Magcentre :  Nathalie Arthaud en meeting à Orléans pour “le camp des travailleurs”

Article de presse
03/03/2022

Nathalie Artaud candidate LO à la présidentielle a rassemblé près de 200 personnes à Orléans le 2 mars 2022. Photo Sophie Deschamps

La candidate Lutte ouvrière à la présidentielle a rassemblé près de 200 personnes ce mercredi 2 mars 2022 dans la cité johannique. Celle dont le slogan est « Le camp des travailleurs » a commencé son meeting par la guerre en Ukraine.

Alors qu’Emmanuel Macron évoquait dans son allocution télévisée ce 2 mars 2022 « un retour brutal du tragique dans l’Histoire » la candidate LO Nathalie Arthaud donnait un meeting dans le hall du centre de conférences d’Orléans (la salle Eiffel était déjà prise) devant 200 personnes. 

568 parrainages

Cette “petite” candidate sait qu’elle ne sera pas élue mais elle se présente à nouveau pour « faire connaître les revendications de Lutte ouvrière » comme elle l’a expliqué lors d’une courte conférence de presse juste avant le meeting. Elle a bien obtenu ses 500 parrainages mais non sans mal. Les militant.e.s ont dû faire du porte à porte auprès des élus notamment dans les villages. Comme l’explique Gabrielle Frija, l’une des membres de son équipe de campagne : « Les maires des petites communes sont des gens de milieu populaire qui sont touchés par les problèmes des classes populaires donc nos idées leur parlent. D’autres nous ont donné leur parrainage par souci démocratique parce qu’ils considèrent que l’on a notre place dans l’élection

L’Ukraine en début de discours

Actualité oblige, Nathalie Arthaud a démarré son discours par l’Ukraine avec une position pour le moins dissonante. Car si elle condamne le coup de force de Poutine, la candidate LO est farouchement contre les sanctions économiques envers la Russie qui dit-elle « vont pénaliser la population russe et donc ajouter des souffrances à cette guerre. Car ces sanctions économiques ne peuvent que se retourner contre les plus pauvres. Et puis le peuple russe n’a rien décidé dans cette affaire, il ne l’a voulu cette guerre. Certains russes courageux défilent à Moscou pour demander l’arrêt du conflit avec le risque d’être emprisonnés derrière. »

Idem pour l’envoi d’armes à l’Ukraine : « C’est une bonne nouvelle pour les marchands d’armes mais pas pour les peuples qui vont payer cette guerre avec leur peau. Ils veulent quoi, un bain de sang ? » ajoutant « c’est un fossé de haine qui est en train de se creuser et qui va durer ensuite pendant des décennies. » 

Nathalie Arthaud n’a pas manqué non plus de dénoncer le “tri” des Ukrainiens à la frontière polonaise. Elle  fustige aussi la phrase de Jean-Louis Bourlanges (Modem) président de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale : « On aura une immigration de grande qualité dont on pourra tirer profit. » Un point de vue qui est  aux antipodes de celui de la candidate LO : « Nous, nous sommes pour que tout être humain qui cherche à se mettre à l’abri et vivre puisse le faire. »

Le Smic et les pensions de retraite à 2000 euros net  

Côté social,  la candidate trotskyste milite, sans surprise, pour un Smic et des pensions de retraite à 2000 euros net par mois : « Ce sont des objectifs qu’il faudra arracher. Ils ne tomberont pas du haut de l’Élysée. On oppose l’idée aux travailleurs qu’il n’ y a pas d’argent. Moi je leur propose d’aller vérifier, qu’ils puissent mettre leur nez dans les comptes en levant le secret des affaires. » 

Autres revendications de Nathalie Arthaud et de LO le retour de la retraite à 60 ans ainsi que la forte la diminution du temps de travail avec un objectif zéro chômeurs : « Le but est que chacun puisse participer à son l’activité productive, y compris par le bénévolat. Car souvent les bénévoles sont bien plus utiles que de nombreux capitalistes qui ne font pas grand chose de leurs dix doigts » tout en précisant « c’est pour moi une absurdité de concentrer la charge de travail sur ceux qui sont en emploi et d’en payer d’autres pour les regarder travailler. On travaillerait moins mais on travaillerait tous et ça changerait la vie ! »

A noter enfin que le programme de Lutte Ouvrière comporte des mesures en faveur des animaux comme le fait de combattre les élevages et les abattages intensifs ou bien encore l’interdiction de la chasse à courre, mais glisse t-elle « je n’en fais pas une priorité de campagne ».

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Magcentre

Lire l'article en ligne