Creil - Faïencerie (Oise)

Roland Szpirko présente son livre "passage de témoins"

Brève
06/09/2022

Samedi 24 septembre à 15h, Roland Szpirko présentera son livre Passage de témoin à la Faïencerie de Creil. 

Il y raconte les luttes des travailleurs de Chausson à Creil de 1992 à 1996 et de Continental à Clairoix en 2009. 

La présentation sera précédée de la diffusion du film de 52 minutes de Jérôme Palteau La Saga des Contis.

SNCF - Hauts de France

Le train-train des annulations de train

Brève
04/09/2022

Cet été, dans les Hauts de France, soi-disant pour s’adapter à un nombre de voyageurs réduit, la SNCF avait mis en place un plan de transport réduit.

Mais en septembre, les usagers peuvent se demander si ce plan a vraiment pris fin car tous les jours, ce sont de 100 à 120 annulations de trains, soit 10 % du total.

Les motifs invoqués sont les pannes de matériel et surtout la pénurie de conducteurs.

Les pannes de matériel et les retards pour remettre en état sont bien souvent dus à un manque d’effectif pour l’entretenir correctement.

Quant au manque de conducteurs, il est dû au fait que la SNCF n’a pas embauché et formé suffisamment ces dernières années pour remplacer les départs à la retraite. Comme s’il n’était pas possible de les prévoir !

Les usagers en ont assez de ces annulations qui se font au dernier moment.

Tant qu'à faire, certains préféreraient presque que la SNCF mette en place un nouveau plan qui réduirait le nombre de trains pour tenir compte du manque d’effectif car ainsi, il y aurait peut être moins de trains annulés au dernier moment.

Mais ce que les usagers attendent ce n’est pas une baisse de l’offre qui leur est faite.

La réalité est bien loin de ce qu’il serait souhaitable, utiliser les moyens collectifs plutôt que la voiture individuelle, mais la logique capitaliste n'en a que faire.

La SNCF n’en a certainement pas fini avec le mécontentement des usagers.

Aisne

Suspension de la collecte des déchets d'emballage

Brève
08/08/2022

La collecte des poubelles jaunes sera suspendue du 8 au 19 août parce que les deux centres de tri de l'Aisne ont pris du retard en raison de malades du coronavirus et de pannes de matériel.

Les collectivités ramasseront les poubelles jaunes dans l'habitat collectif où le stockage présente trop de risques mais les autres devront se débrouiller et, pour beaucoup, stocker tout le mois d'août.

Cette suspension du ramassage vient juste après la demande de faire des efforts afin de réduire les ordures ménagères ce qui augmente le volume jeté dans les poubelles jaunes.

Les leçons de morale pour l'application des consignes de tri ne manquent pas et il est choquant de voir que les moyens matériels et humains ne suivent pas.

C'est un symptôme d'une société dingue où il semble plus important d'augmenter les budgets militaires que d'investir massivement dans le traitement des ordures.

Hauts de France

Manque de chauffeurs ou manque de salaires suffisants ?

Brève
08/08/2022

Il manquerait 400 conducteurs de cars dans les Hauts de France et cela pourrait avoir des répercussions sur les transports scolaires.

La Région demande aux chefs d'établissements d'en tenir compte dans l'élaboration des emplois du temps pour limiter le nombre de passages de cars et tant pis s'ils doivent déjà jongler avec les dédoublements de classes et les plannings des enseignants.

En fait, le manque de chauffeurs s'explique par l'insuffisance des salaires et le fait qu'il s'agit souvent d'emplois à temps partiel avec des services le matin et en fin de journée et rien entre les deux.

Le manque de personnel menace déjà dans de nombreux services indispensables au public, hôpitaux, écoles, etc. Il faut que les travailleurs imposent des salaires et des emplois décents qui permettent de vivre sinon ces manques se traduiront par une dégradation des conditions d'existence pour tous.

Agco-Massey - Beauvais (Oise)

les grévistes tracent un bon sillon à suivre

Brève
18/07/2022

Plusieurs centaines d’ouvriers d’Agco-Massey ont surpris leur patron en débrayant massivement du mercredi 8 juillet au vendredi 10 juillet. Ils ne se sont pas contentés de filtrer les entrées, ils ont défilé d’un site à l’autre à travers toute la zone commerciale

La goutte d’eau a été la baisse d’une prime, alors que tous savent que leur groupe regorge de bénéfices. Mais c’est bien parce que les salaires sont insuffisants que les travailleurs en viennent à se battre.

La direction a fini par ouvrir des négociations avec les syndicats qui, prenant le train en marche, ont repris la revendication venue des grévistes : au moins 70€ d’augmentation. Au final, la prime est maintenue et la direction cède 5,3%.

C'est une victoire pour les grévistes qui n'ont pas attendu des consignes pour poser le problème des salaires et un encouragement à l'ensemble des travailleurs pour préparer les luttes nécessaires afin d'imposer des augmentation importantes des salaires et leur indexation sur les hausses de prix.